Apnée du sommeil & Hypertension

L'apnée du sommeil est un facteur de risque d'hypertension qui reste méconnu. Cet article explique quelle relation relie ces deux facteurs de risques.

Apnée du sommeil & Hypertension

Nous allons dans ce sujet nous intéresser au lien entre apnée du sommeil et hypertension. Vous ne saviez pas qu’il y avait un lien ? Alors cet article est pour vous !

Saviez-vous qu'il existait une relation entre hypertension et syndrome d'apnée du sommeil?

Avant de rentrer dans le vif du sujet, qu'est-ce que la tension artérielle?

La tension artérielle correspond à la mesure de la pression exercée par le sang sur la paroi des artères. Ce sont dans ces artères que le sang est acheminé du cœur vers les organes. Il faut un niveau minimal de pression pour que le sang circule dans l’organisme.

La pression artérielle est évaluée par deux valeurs. La première correspond à la pression au moment de la contraction du cœur : c’est la pression systolique ou pression maximale. La deuxième correspond au relâchement du cœur : c’est la pression diastolique ou minimale.

Quand parle-t-on d'hypertension (HTA)?

On parle d’hypertension artérielle quand la pression du sang dans les artères est trop élevée. Les deux valeurs de la pression artérielle sont habituellement comprises entre 10 et 14 pour la pression maximale, et 6 et 8 pour la pression minimale. Ainsi, une tension de 12 – 8 est considérée comme normale.

1ère

Cause évitable d'AVC

1 français sur 3

Est concerné

1 cas sur 2

Est détecté

Comprendre le mécanisme entre apnée du sommeil et hypertension

Effet immédiat

A chaque apnée on constate une augmentation de la tension artérielle, qui peut dans certains cas être sévère en augmentant à 24, 26 voire 27. Dans les premières années de l’apnée ces épisodes de hausse de la tension sont intermittents et sont la conséquence directe de l’événement apnéique. A chaque reprise de la respiration, la tension redescend.

Au fil du temps

Mais plus le temps va passer plus ce phénomène intermittent va s’inscrire pour devenir chronique. Avec le temps cette hypertension, liée directement à l’adrénaline générée par le stress que cause l’apnée à l’organisme, va perdurer. Elle va s’étendre au-delà du simple moment de l’apnée et va se caractériser même en pleine journée. Il faut donc comprendre petit à petit que l’apnée du sommeil (donc un événement nocturne) va avoir des conséquences le jour.

Réflexes à avoir

Il est possible d’avoir de l’hypertension sans apnées du sommeil par contre l’inverse n’est pas juste. L’apnée entraine obligatoirement une hypertension d’abord intermittente, puis chronique.

  • Vous souffrez d’HTA ?

Avez-vous fait un diagnostic pour l’apnée du sommeil ? Dans de nombreux cas l’hypertension est une résultante d’apnée du sommeil. L’apnée du sommeil n’est pas toujours la cause de l’HTA, en revanche si elle l’est et que vous ne le savez pas vous pourriez très bien ne pas traiter la cause de votre problème. Il arrive que l’on prescrive plusieurs hypertenseurs à une même personne pour faire baisser sa tension sans grand résultats. Au-delà de 3 hypertenseurs prescrits en même temps on peut sérieusement penser à la piste de l’apnée du sommeil. Faire un diagnostic pour l’apnée du sommeil permet de déterminer si l’hypertension provient de là et ainsi mettre en place un traitement plus adapté. Si l’apnée est avérée, un traitement par exemple par PPC couplé à un hypertenseur peut être bien plus efficace, et ce, avec des résultats dans les jours qui suivent. Le traitement de l’apnée du sommeil sur l’HTA a été prouvé. Vous traitez alors votre problème d’apnée et d’hypertension. Cette solution peut permettre de diminuer la dose d’hypertenseur ou de réduire la quantité de médicaments.

On estime que 10 à 30% des hypertendus sont résistants aux traitements disponibles à ce jour

  • Vous souffrez d’apnées du sommeil ?

Savez-vous si vous avez de l’hypertension ? Normalement pendant le sommeil la pression diminue de l’ordre de 10% par rapport à la pression de la journée. En cas d’apnées, l’hypertension va rester au même niveau de jour et de nuit dans le meilleur des cas, ou bien être supérieure la nuit. L’idéal serait de comparer ses valeurs le jour et la nuit. On pense d’ailleurs que les maux de têtes au réveil, fréquents dans le cas d’apnées du sommeil, sont la conséquence d’une forte hypertension durant le sommeil.

Notre conseil, en cas d’apnées du sommeil pensez à surveiller l’évolution de votre tension artérielle.

Pourquoi l'hypertension représente un tel risque d'AVC?

L’hypertension va entrainer une accélération du vieillissement des vaisseaux. Nous verrons d’ailleurs dans un prochain sujet pourquoi il est important de s’intéresser à ce vieillissement des vaisseaux.

Ce phénomène de vieillissement est très connu pour entrainer des AVC à tout âge. Il faut donc veiller à conserver une pression normalisée, peu importe l’âge. Ceci est une fausse idée de croire qu’il est normal d’avoir une pression qui augmente avec l’âge. Donc même si on est âgé on fait attention à sa tension !

En revanche ce qui est vrai c’est que plus l’hypertension sera élevée plus elle sera difficile à traiter. En effet en devenant de plus en plus sévère elle devient aussi de plus en plus chronique, d’où l’intérêt encore une fois de la surveiller avant qu’elle ne devienne trop compliquée à gérer.

Ce qui est aussi vrai c’est qu’avec l’âge l’apnée augmente. Il faut donc surveiller l’évolution des apnées. 

Apnée du sommeil + Hypertension = Risque d'AVC + + +

Conclusion

L’hypertension représente à elle  seule le premier facteur de risque modifiable de l’AVC, les apnées sévères non traitées représentent quant à elles 2 fois plus de risques d’AVC. Je vous laisse imaginer le risque lorsqu’on ne traite ni l’un ni l’autre… 

J’espère que ce sujet vous a intéressé et qu’il vous a permis d’apprendre de nouvelles choses et surtout de comprendre le mécanisme qu’opèrent les apnées du sommeil sur l’hypertension. 

Notre solution NeuroCoach permet de détecter le risque d’apnée du sommeil ainsi que le risque d’arythmies cardiaques et le possible dérèglement du système nerveux autonome. Si vous souhaitez réaliser un pré-diagnostic pour faire le point sur une présence éventuelle d’apnées du sommeil je vous invite à cliquer sur le bouton ci-dessous, à très vite!

Source: Inserm

Vous avez aimé cet article?

N’hésitez pas à nous poser vos questions en commentaire, ou à nous envoyer un email à assistance@neurocoach.fr. Dites-nous si le sujet vous a plus ou non, et si vous avez envie que nous abordions une question en particulier. Nous pensons que la prévention passe par la sensibilisation, l’action et l’information c’est pourquoi nous prenons le temps de rédiger des articles qui, nous l’espérons vous permettent d’enrichir vos connaissances sur ces sujets de prévention.

©Tous droits réservés le 03/02/21

Claire Bory, Chef de Produit NeuroCoach

Claire Bory, Chef de Produit NeuroCoach

Cet article a été réalisé par mes soins, avec l'aide du Pr Jean-Claude BARTHELEMY membre de l'équipe NeuroCoach, Cardiologue et Spécialiste de la physiologie de l'exercice et Cardiologue. Il dirige le laboratoire de recherche SNA-EPIS (Système Nerveux Autonome-Epidémiologie, Physiologie, Ingénierie, Santé) à l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

A partager et repartager !

Inscrivez-vous à notre newsletter

Restez informé(e) de la sortie des prochains articles

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments

[…] Cette semaine on aborde le sujet de l’inflammation, conséquence de l’apnée du sommeil. Cet article fait suite à notre article sur une autre conséquence de l’apnée du sommeil, apnée du sommeil et hypertension. […]

1
0
Faites-nous part de vos commentaires !x
()
x