La Fibrillation Atriale

ECG régulier
ECG irrégulier

Qu'est ce que c'est ...

La Fibrillation Atriale (FA) est un trouble du rythme cardiaque très fréquent l’âge venant. Ce trouble du rythme correspond à une activité électrique anarchique des cellules musculaires des oreillettes. L’absence d’activité électrique coordonnée détermine l’absence de contraction des oreillettes, avec un certain degré de stagnation sanguine dans les oreillettes, faute du brassage du sang habituellement provoqué par une contraction homogène et forte des oreillettes.

Pourquoi c'est important d'y faire attention

Cette absence de contraction coordonnée a deux conséquences importantes.

  • La première conséquence est un débit cardiaque qui est limité avec une fatigue à l’effort et parfois même au repos. Cette première conséquence n’est pas la plus grave.
  • La deuxième conséquence, bien plus grave, est la fabrication de caillots dans l’oreillette, caillots qui vont se développer en raison de la stagnation du sang dans l’oreillette. Ces caillots vont alors pouvoir migrer et être envoyés dans la circulation avec des conséquences dramatiques, notamment la survenue d’AVC. La destination de ces caillots détachés est souvent le cerveau, provoquant un AVC, ou un AIT qui est un AVC rapidement résolutif. Ils peuvent aussi gagner un rein ou n’importe quel autre organe.

La fréquence de l’AVC en présence de fibrillation atriale est importante, cinq sujets sur cent subissant un AVC chaque année. Sur cent sujets, cinquante auront donc subi un AVC au bout de dix ans.

Quelques signes d'alerte

Les signes d’alerte d’une présence de fibrillation atriale perçus sont souvent une dyspnée au moindre effort, la sensation de palpitations, et des vertiges ou sensation de malaises. L’évidence la plus directe est l’irrégularité du cœur que chacun peut mesurer en palpant son pouls.

Le traitement préventif de l'AVC en présence de fibrillation atriale

Le traitement est double. Le premier traitement vise à dissoudre les caillots présents dans les oreillettes en prescrivant des anticoagulants qui sont pris par voie orale, régulièrement, ce qui fluidifie le sang, dissous les caillots présents et évite la formation de nouveaux caillots. S’il y a des caillots, la dissolution est lente, nécessitant parfois plusieurs mois de traitement continu.

Le deuxième traitement vise à retrouver une activité électrique coordonnée des oreillettes, soit par des médicaments dits médicaments antiarythmiques, soit en remettant l’activité cardiaque à zéro pour un nouveau départ que l’on espère harmonieux avec l’induction d’un choc électrique externe, ou encore en ablatant la zone des oreillettes qui déclenche le désordre électrique au cours d’une procédure thérapeutique.

Le but des ces traitements est surtout d’éviter l’AVC et aussi d’améliorer le débit cardiaque.

En savoir plus sur le Système Nerveux Autonome
En savoir plus sur les Apnées du sommeil