Que faire avec un mauvais SNA?

Vous avez peut-être déjà eu l’occasion de réaliser un enregistrement NeuroCoach et vous avez l’impression d’avoir un mauvais SNA. Vous vous demandez ce qu’il faut faire, et comment interpréter cela. On vous apporte des éléments de réponses.

Que faire avec un mauvais SNA?

Tout d'abord, qu'est-ce-qu'un mauvais SNA?

Pour commencer il faut définir ce qu’on entend par « mauvais SNA » car en réalité il peut y avoir plusieurs définitions ou plusieurs lectures.

Le SNA, c’est cette partie de notre système nerveux central qui vient commander de manière autonome un certain nombre d’organe et de vaisseaux pour nous permettre de vivre. On ne pense jamais à l’activer pourtant sa présence nous est vitale. Entre autres, le SNA assure le bon fonctionnement de la commande cardiaque en adaptant notre alimentation en sang, oxygène, en particulier le débit sanguin pour chaque organe, et bien d’autres choses encore dont la puissance de l’immunité, en fonction de nos besoins.

Un mauvais SNA, c’est donc un Système Nerveux Autonome qui n’opère plus cette fonction de manière correcte ou adéquate. Cela signifie que la régulation n’est pas optimale et que la réponse du SNA par rapport à nos besoins ne se fait par correctement.

Un mauvais SNA peut donc se caractériser par plusieurs cas de figures

Il n’existe donc pas de bon ou mauvais SNA, mais plutôt des situations optimales ou à améliorer. Le SNA évolue au cours de la vie et peut être amélioré si l’on sait sur quoi travailler.

De manière générale, ce qui peut faire penser à un mauvais SNA, c’est un mauvais ratio. C’est-à-dire un ratio important entre l’orthosympathique et le parasympathique. (Pour plus d’explications sur ces termes, lire c’est article). Ceci signifie une valeur parasympathique trop basse.

Ce peut être également des niveaux de parasympathique et orthosympathique à l’équilibre mais très faibles, ou encore une puissance totale très basse.

Il existe en effet plusieurs cas de figures pouvant signifier qu’on a « un mauvais SNA ».

Idéalement l’orthosympathique et le parasympathique doivent être à l’équilibre, avec une Puissance Totale la plus puissante possible. A partir du moment où on n’est pas dans cette catégorie, alors on peut améliorer son SNA.

Oui mais comment? Et quelles sont les conséquences d'un mauvais SNA ?

Un SNA déséquilibré, le plus souvent une faible activité parasympathique, ou très faible, ou bien encore les deux, peut avoir de réelles répercussions sur la santé, voire sur l’espérance de vie. Ces conséquences peuvent être à court, moyen et long terme.

De manière globale la mauvaise régulation du SNA va favoriser les inflammations des vaisseaux causant un risque accru de pathologies vasculaires comme l’AVC. Mais cette mauvaise régulation va également avoir un impact sur la commande cardiaque ou encore sur les apnées du sommeil. Il faut voir le SNA comme un rouage, qui progressivement se retirerait de sa position. Les conséquences ne sont pas forcément visibles tout de suite, ni très importantes, pourtant elles sont bien réelles et entrainent des conséquences sévères. C’est ce qui se passe dans le cas du SNA. 

Alors comment amener le rouage à tourner rond à nouveau ? Vous avez déjà fait la première étape si vous avez réalisé votre test NeuroCoach car vous savez où vous vous situez. Mesurer son niveau de SNA et savoir où on se situe c’est savoir ce sur quoi on doit travailler. (Pour en savoir plus sur la solution NeuroCoach, c’est ici)

Après cette première étape, il faut s’interroger sur l’origine du possible dérèglement. La réponse fréquente à cette question est le manque d’activité physique.

L'activité physique ?

Bien sûr chaque cas est différent, et il faut étudier ses résultats cas par cas.

Toutefois la pratique d’activité physique est souvent la réponse à donner à un déséquilibre entre l’orthosympathique et le parasympathique ou à une puissance totale faible.

Les recommandations en revanche ne sont pas les mêmes pour tous d’où l’importance d’apporter une réponse personnalisée à votre situation.

L’activité physique renforce progressivement le parasympathique. Et en même temps, l’état de votre SNA va lui-même augmenter votre capacité à faire de l’activité physique (vous pouvez lire cet article). Un vrai cercle vertueux qui vous protège, en particulier vos vaisseaux, sur le long terme.

Alors en cas de « mauvais SNA » pas de panique, gardez en tête qu’il est toujours possible d’agir et de l’améliorer. Si vous souhaitez approfondir le sujet vous pouvez suivre nos cours gratuits dédiés au SNA. 

Claire Bory, Chef de Produit NeuroCoach

Claire Bory, Chef de Produit NeuroCoach

Cet article a été réalisé par mes soins, avec l'aide du Pr Jean-Claude BARTHELEMY membre de l'équipe NeuroCoach, Cardiologue et Spécialiste de la physiologie de l'exercice et Cardiologue. Il dirige le laboratoire de recherche SNA-EPIS (Système Nerveux Autonome-Epidémiologie, Physiologie, Ingénierie, Santé) à l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

A partager et repartager !

Inscrivez-vous à notre newsletter

Restez informé(e) de la sortie des prochains articles

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Faites-nous part de vos commentaires !x
()
x