#Hors série : Comprendre la sédentarité

La sédentarité, mal du XXIème siècle?

L’inactivité physique est la quatrième cause de mortalité dans le monde, elle est aujourd’hui présentée comme une véritable pandémie (Kohl et coll., 2012).

Les organismes de santé et les spécialistes unissent leurs voix. Il faut veiller à pratiquer une activité physique régulière pour rester en bonne santé.

Malheureusement la tendance est plutôt inverse, et ce dès l’enfance.

Définition de la sédentarité

Selon l’OMS, on est considéré comme inactif en dessous de 150 minutes d’activité physique hebdomadaire modérée (soit 30 min par jour, cinq jours par semaine) ou de 75 min d’activité physique intense (25 min trois jours par semaine).

Les chiffres en France

Selon l’article « ACTIVITÉ PHYSIQUE ET SÉDENTARITÉ DANS LA POPULATION FRANÇAISE. SITUATION EN 2014-2016 ET ÉVOLUTION DEPUIS 2006-2007» paru en juin 2020 dans le BEH entre la période 2014-2016, 71% des hommes et 53% des femmes atteignaient les recommandations de l’OMS en matière d’activité physique. L’étude permet de montrer que le niveau d’activité physique a diminué depuis 2006 chez les femmes alors qu’il a augmenté chez les hommes de 40 à 54 ans . En France, en 2015, 22% des femmes cumulaient sédentarité au travail et niveau d’activité bas contre 17% des hommes.

Une tendance qui se retrouve chez les enfants puisque la moitié des garçons et seulement un tiers des filles atteignaient les recommandations de l’OMS .

Cette sédentarité fait effet miroir au temps quotidien passé devant les écrans qui ne cessent d’augmenter ces dernières années que ce soit chez l’adulte ou l’enfant.

L’Anses alerte sur le niveau de sédentarité chez l’adolescent. Les deux tiers des 11-17 ans (66 %) se situent à un niveau de risque sanitaire élevé en raison de leur sédentarité. « Ils ont plus de deux heures d’écran par jour et sont en dessous d’une heure d’activité physique par jour, ce sont des seuils de danger », explique la cheffe de l’unité d’évaluation des risques liés à la nutrition de l’agence sanitaire, Irène Margaritis. Parmi ces 66%, 17% en position très délicate avec des durées de sédentarité de plus de 4h30 et moins de 20 min d’activités physiques par jour. Lire l’article

Inégalité dans la pratique d'activité physique

Seuls 71% des hommes et 53% des femmes atteignent les recommandations de l'OMS.

Une inégalité et une tendance similaire chez les enfants

50% des garçons et 1 fille sur 3 atteignent les recommandations de l'OMS

Temps passé sur les écrans qui ne cesse d'augmenter

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Une situation qui devient critique pour certains ados

66% des 11-17 ans sont sédentaires et 17% d'entres eux passent plus de 4h30 sur les écrans par jour!

Une situation de sédentarité encouragée par la conjoncture

Et pour ne rien arranger la crise COVID-19 n’a fait que renforcer ce manque d’activité physique. Les restrictions sanitaires, et le télétravail réduisent les possibilités de déplacement et donc d’activité des individus. Des effets qui pourraient bien être délétères à long terme. 

Une problématique mondiale

Au niveau mondial l’inquiétude est la même. Près de 31% des adultes âgés de plus de 15 ans manquaient d’activité physique en 2008 (hommes 28% et femmes 34%). Environ 3,2 millions de décès chaque année sont attribuables au manque d’exercice. Selon l’organisation Mondiale de la Santé, l’inactivité physique est responsable à elle seule de 10 % des décès en Europe.

254 millions

de 5- 19 ans obèses en 2030 selon les prévisions de la Fédération Mondiale contre l'obésité (soir 2 fois plus qu'en 2016)

Quelles sont les conséquences de la sédentarité?

En cas de sédentarité l’effet est assez simple. Le SNA se déséquilibre (rendez-vous sur cet article si vous le SNA n’est pas un terme familier pour vous). De ce déséquilibre une série de phénomène s’enchaine. Un excès de stress biologique qui accélère le vieillissement des vaisseaux. C’est une série de conséquences en cascade. On a besoin des vaisseaux pour chaque neurone et on n’imagine pas le nombre de neurones qu’on a ! Le vieillissement accéléré a un effet délétère sur le travail des cellules musculaires.

En fait de manière global le fait d’être sédentaire, implique des effets négatifs sur énormément de facteurs. On pense souvent à l’obésité qui peut être une conséquence de la sédentarité. Mais les conséquences sont bien plus vastes. On constate des effets négatifs qu’ils soient cognitifs comme la mémoire ou le raisonnement. Qu’ils soient somatiques sur la pensée. Ou qu’ils soient physiques avec un déclin musculaire, physiologique avec le vieillissement des vaisseaux… Tous ces éléments sont améliorés via la pratique d’activité physique, donc si on n’en fait pas ils sont forcément pénalisés et ce à court et long terme.

« François Carré [cardiologue et médecin du sport à l’hôpital Pontchaillou de Rennes] cite de son côté une étude à paraître « dans quelques mois » de Martine Duclos, physiologiste et présidente du comité scientifique de l’Onaps, qui devrait « faire réfléchir ». Réalisée en 2019 et 2020, elle montre « qu’après le confinement, les enfants de CE2 ont perdu 20 % de leurs capacités physiques et 40 % des fonctions cognitives ». Lire l’article

Faire un trait sur les idées reçues

On pense souvent à tort que l’activité physique doit être pratiquée par des personnes en bonne santé. En fait cela devrait être tout l’inverse.

L’activité physique apporte tellement de gains, et protège de tellement de pathologies comme l’inflammation ou le vieillissement des vaisseaux qu’il faudrait au contraire faire de l’activité physique quand on n’est pas en forme pour donner à son corps de nouvelles ressources pour se défendre.

Tordre le cou aux fausses excuses (parce que oui ce sont de fausses excuses)

Top 3 des motifs évoqués
Top 3 des motifs évoqués

On peut tous trouver dans une journée du temps pour faire de l’activité physique. Que ce soit en marchant de chez soi à sa voiture, en montant les escaliers, en s’arrêtant à un arrêt de métro plus loin, en faisant le ménage, en promenant son chien… Il n’y a pas de petits mouvements, toutes actions qui mobilisent notre corps sont bonnes à prendre.

Notre conseil est d’essayer d’aller marcher 20 min par jour, c’est nécessaire. Une marche vive qui ne nécessite pas d’équipements spécifiques et qui peut être un bon moyen de s’aérer l’esprit par la même occasion. Vous pouvez opter pour de la marche avec des bâtons ce qui sollicitera en plus vos bras et protègera vos articulations.

Renseignez-vous pour trouver une solution adaptée à vos besoins et surtout à vos envies. Il existe des associations, des clubs de sports, des professionnels pour vous accompagner, et il est même possible, dans le cadre du parcours de soins des patients atteints d’affections de longue durée (ALD), de se faire prescrire par son médecin traitant, une activité physique adaptée à la pathologie, aux capacités physiques et au risque médical du patient.

 

Vous avez aimé cet article?

N’hésitez pas à nous poser vos questions en commentaire, ou à nous envoyer un email à assistance@neurocoach.fr. Dites-nous si le sujet vous a plus ou non, et si vous avez envie que nous abordions une question en particulier. Nous pensons que la prévention passe par la sensibilisation, l’action et l’information c’est pourquoi nous prenons le temps de rédiger des articles qui, nous l’espérons vous permettent d’enrichir vos connaissances sur ces sujets de prévention.

Claire BORY, Chef de produit NeuroCoach

Cet article a été réalisé par mes soins, avec l'aide du Pr Jean-Claude BARTHELEMY membre de l'équipe NeuroCoach, Cardiologue et Spécialiste de la physiologie de l'exercice et Cardiologue. Il dirige le laboratoire de recherche SNA-EPIS (Système Nerveux Autonome-Epidémiologie, Physiologie, Ingénierie, Santé) à l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne.

©Tous droits réservés le 17/02/21

Sources et ressources

https://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/6522/?sequence=10

https://sante.lefigaro.fr/article/la-sedentarite-une-menace-silencieuse-pour-notre-sante/

http://beh.santepubliquefrance.fr/beh/2020/15/pdf/2020_15_1.pdf

https://www.science-et-vie.com/corps-et-sante/voici-le-panorama-mondial-de-la-sedentarite-des-adolescents-54222

https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/physical-activity

https://www.lepoint.fr/sante/covid-19-l-oms-encourage-l-activite-physique-malgre-la-pandemie-26-11-2020-2402771_40.php

https://solidarites-sante.gouv.fr/prevention-en-sante/preserver-sa-sante/article/activite-physique-et-sante

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/6805-Activite-physique-de-plus-en-plus-de-Francais-sont-sedentaires

Ces sujets peuvent vous intéresser

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments

[…] Lire l'article sur la sédentarité […]