L'AVC en quelques chiffres

L’AVC, acronyme d’Accident Vasculaire Cérébral affecte environ 150 000 personnes chaque année. Cet accident n’est pas anodin et implique de lourdes conséquences tant pour la victime que pour ses proches. Du jour au lendemain toute la vie d’une famille bascule. 

L’AVC est d’autant plus dangereux qu’il est encore difficile de l’anticiper. 

On compte 1 mort sur 5 dans le mois qui suit un AVC.

Parmi les victimes qui survivent les séquelles sont bien souvent lourdes et persistent dans le temps. 

Devient complètement dépendant
33.33%
Ne reprend jamais d'activité professionnelle
25%
Devient dépressif
25%

Mais qui sont les personnes susceptibles d’être affectées? 

En soit tout le monde peut, un jour ou l’autre être concerné par le risque d’AVC. Néanmoins ce sont encore les personnes âgées de plus de 65 ans qui restent les plus touchées à 75%. Toutefois on comptabilise de plus en plus de personnes concernées en dessous de cet âge-là. 

On estime d’ailleurs que d’ici à 2050 il y aura deux fois plus de cas d’AVC en France qu’il n’y en a aujourd’hui. Et ce en partie car la part de la population plus jeune sera encore  plus concernée. Cela s’explique pour plusieurs raisons, changement dans les habitudes de consommation, obésité, tabac, alcool, stress… 

Au niveau mondial les mêmes tendances sont à constater. Les AVC sont associés au vieillissement, et restent nettement plus fréquents chez les personnes âgées bien que la part des jeunes augmente de manière globale. La revue The Lancet a publié en 2013 les résultats d’une étude réalisée au niveau mondial. Il y a eu en 2010 près de 16.9 millions de cas d’AVC. Ce qui représente  68% d’augmentation en 20 ans. Autre constat important de cette étude, les jeunes sont de plus en plus affectés. 

Les 20-64 ans représentent 31% des cas d’AVC aujourd’hui alors qu’ils ne représentaient que 25% des cas en 1990. Ainsi, chaque année plus de 83 000 jeunes de moins de 20 ans meurent des conséquences d’un AVC. L’auteur de l’étude le professeur néo-zélandais Valery Feigin explique ces résultats souvent de type hémorragique « par une hypertension artérielle et une hygiène de vie inadaptée ». 

Nous vous rappelons qu’en cas d’AVC chaque minute peut faire la différence. Si vous notez un de ces indices chez votre entourage contactez immédiatement les secours. 

Visage: le visage tombe d’un côté? Est-ce que la victime peut sourire? 

Bras: la victime peut-elle lever les bras et les garder lever?

Discours: le discours est-il compréhensible? censé? 

Paupière : les paupières ont tendances à chuter ? 

Objets : des difficultés à tenir des objets ? Des objets qui échappent des doigts ? 

Si un de ces symptômes est identifié, contactez tout de suite les secours, votre aide peut faire la différence

source: 

The Lancet

i.news.co; https://inews.co.uk/news/health/stroke-warning-middle-aged-change-lifestyles/